Stéphane Laborde est ingénieur diplômé à Télécom Paris. Après quelques années passées dans l’informatique, il veut assouvir sa passion des échecs, crée le Grand Prix de Bordeaux en 1997, le premier site Internet d’échecs français et la chaîne Diagonale TV fin 1998. Il obtient même l’exclusivité mondiale de la diffusion du match Kasparov-Kramnik de Londres, en 2000. En 2001, Stéphane Laborde reprend du travail dans l’informatique et à partir d ‘août 2007, peu avant la crise financière, il commence à s’intéresser à la monnaie et à son code de création. Ainsi, en 2010, il sort la Théorie Relative de la Monnaie v1.0 qui a été mise à jour en juin 2011 dans sa version 2.0 puis en novembre 2012 pour sa version actuelle 2.718. Depuis, il met à jour fréquemment son blog creationmonetaire.info avec des analyses économiques, des interviews, des podcasts… et contribue au développement des monnaies libres.

Quand un homme participe à un système, il en découvre progressivement non-seulement les règles, mais aussi les conséquences de l’utilisation de ces règles. Ainsi un homme souhaitant jouer aux échecs, commence à en apprendre les règles, et en pratiquant le jeu il affine sa compréhension de ces règles, tout en comprenant les forces du jeu lui-même qui dépend de ces mêmes règles, mais ne sont pas les règles.
Ainsi va l’économie et son fondement qui repose dans son fonctionnement sur une unité de mesure des valeurs économiques : l’unité monétaire. L’homme naît, vit et apprend à comprendre puis à utiliser les valeurs économiques, et doit désormais apprendre à reconnaître la nature de ce que signifie une unité de mesure, tout comme il l’a appris dans les autres sciences.
Mais en économie le code monétaire n’est pas imposé par un Univers déjà là, mais choisi et développé par l’homme qui produit conformément à ce code la monnaie qu’il souhaite utiliser.
Cette compréhension une fois acquise, le monde économique n’est plus du tout perçu de la même façon, et les conséquences du choix par un homme d’une monnaie fonctionnant selon tel ou tel code, peut se vérifier par l’expérience, et s’effectuer alors ainsi de façon tout à fait consciente. On peut ainsi envisager de se libérer des nuisances qui sont un effet de la cause fondamentale constituée par l’ignorance de la nature du code monétaire utilisé.
On pourra ainsi, via de prochaines contributions, aller au delà de cette base, pour trouver et comprendre les causes de nuisances visibles, puis enfin, comprendre que l’on peut, immédiatement et sans attendre, adopter une monnaie dont le code élimine progressivement et définitivement ces nuisances via l’élimination de leurs causes, et éviter ainsi aux générations futures de subir des effets nuisibles de même nature.
Afin que l’économie soit l’outil utilisé par l’homme, et pas que l’homme soit l’outil travaillé par l’économie pour on ne sait quelle finalité.