Mathieu Bize a grandi dans les quartiers pauvres du Mirail à Toulouse dans lesquels il exerce aujourd’hui le métier de thérapeute. Il constate autour de lui au fur et à mesure du temps, le creusement des inégalités socio-économiques politiques et culturelles.
A force de réflexion sur le discernement des causes et conséquences, il découvre que la monnaie de par son code d’émission a une influence directe sur nos comportements socio-politiques et culturels. A côté de son métier de kiné, Mathieu s’investit à partir de 2005 dans plusieurs initiatives locales socio-économiques, politiques et culturelles afin d’expérimenter des alternatives possibles. Il développe alors « l’université des savoirs pour tous » et « les ateliers du citoyen », participe à l’émergence de la monnaie locale complémentaire (Sol Violette), analyse le système d’échange local (Sel de Cocagne) et s’engage au sein du Mouvement Français pour un Revenu de Base.
C’est à partir de l’analyse expérimentale comparée de ces initiatives socio-économiques et politiques que Mathieu va découvrir la Théorie Relative de la Monnaie, le livre qui démontre par le raisonnement logique la possibilité de créer une monnaie libre.
Depuis cette découverte, Mathieu mobilise son énergie à faire comprendre en éducation populaire la monnaie libre au delà de nos frontières intellectuelles et territoriales, de la Belgique à la Tunisie (Forum Social Mondial de 2013 et 2015) en passant par la ville de Lourdes jusqu’à celle du Havre (Alternatiba) grâce à des conférences (monnaie et démocratie), débats et jeux Géconomicus

Les deux plus gros problèmes de notre société sont la pauvreté économique et le manque de démocratie. […] L’absence de revenu et de patrimoine vous met à l’écart de l’économie. C’est un manque d’égalité contraire à notre devise. Si chaque individu était sur un pied d’égalité vis-à-vis de la monnaie et de l’expression politique, notre société serait beaucoup plus démocratique.